Skip to content
Chroniques

Laurent de Wilde : enfin Monk !

Voilà plus de vingt ans que Laurent de Wilde a écrit Monk, un ouvrage devenu rapidement une référence sur l’immense jazzman. Comment reprendre son répertoire après cela ? Il a fallu de nombreuses années et le centenaire de la naissance du pianiste en 2017 pour enfin oser s’atteler au projet.


Comme le dit de Wilde, il est difficile de « passer dans les pantoufles de Thelonious Monk ». Il ne s’agit donc pas bien sûr de tenter de « faire du Monk », mais plutôt d’interpréter, de relire son répertoire, en jouant sur des changements d’harmonie, de construction, de tempo, en faisant appel à des collages… Le début du concert, avec Misterioso, illustre fort bien ce travail de réinvention : le thème est ralenti par rapport à l’original, et « posé » sur une ligne de basse issue de « Born Under A Bad Sign », un titre de Booker T. Jones repris par Jimi Hendrix, cette ligne de basse étant elle-même accélérée… Comme souvent, Laurent de Wilde fait œuvre de pédagogue et prend le temps d’expliquer sa démarche aux spectateurs, évoquant ici au passage des éléments marquants de la vie et de l’œuvre de Monk. Il nous rappelle ainsi la prédilection du pianiste pour la tonalité de si bémol – utilisée justement dans le premier titre – et se lance alors dans Thelonious, où le si bémol est cette fois la note – presque – unique de la mélodie, autour de laquelle l’interprète tisse ses harmonies, un morceau qui donne l’occasion à Donald Kontomanou de nous offrir un remarquable solo de batterie.

Avec Pannonica, la fameuse baronne, bonne fée bienfaitrice et protectrice de tant de jazzmen, est longuement évoquée par le pianiste. Friday the 13th, composé à la volée pour boucler un album avec Sonny Rollins, clôt ici le concert : une simple petite phrase entêtante que Laurent de Wilde a ré-harmonisée – l’original est construit sur une unique descente de quatre accords répétés sans fin – et qu’il fait chanter au public, dont la voix est décidément très sollicitée depuis le début de cette trente-huitième édition du festival.

Texte et photos : Stéphane Barthod.

Création lumineuse d’Airelle Besson avec Youn Sun Nah

Airelle Besson réunit l’Orchestre Régional de Normandie, You Sun Nah et un trio jazz.
CHRONIQUE

Ouverture en couleurs avec le trio LBBL

Le concert est d’une grande cohérence, et on a plaisir à se laisser emporter dans ce voyage musical.
CHRONIQUE

Le clair-obscur intimiste de Tiganá Santana

la tonalité de la soirée : une musique recueillie et sensible, toute en retenue.
CHRONIQUE

Chris Potter, le retour

Le saxophoniste nous offre ce soir une musique incandescente, puissante et jouissive.
CHRONIQUE
ron_carter © stephane barthod

Ron Carter, impérial

Ron Carter nous a offert ici un concert très construit, élégant et plein d’esprit.
CHRONIQUE

Des fanfares sous le soleil

Sous le soleil exactement, JSLP nous a offert un dimanche tout en contrastes.
CHRONIQUE

Bettye LaVette, bouleversante

Immense interprète, elle se réapproprie totalement les titres qu’elle reprend.
CHRONIQUE

Retour du blues, puissance trois

Après une parenthèse ces deux dernières années, c’est enfin le retour de la soirée blues de Jazz sous les pommiers.
CHRONIQUE