Skip to content
Chroniques

Nguyên Lê le magicien nous révèle la face cachée de la lune…

Celebrating The Dark Side of the Moon, c’est le projet des superlatifs : la reprise d’un album mythique, des arrangements qui réinventent les compositions originales… Après avoir été créé avec le NDR Big Band, c’est en nonet qu’il tourne désormais, et il y avait là encore un challenge à retranscrire la musique pour cette formation.

Nguyên Lê © Stéphane Barthod
Nguyên Lê

Pour l’occasion, Nguyên Lê s’est offert un casting à la hauteur de ses ambitions, avec Sylvain Gontard à la trompette, Daniel Zimmerman au trombone, Stéphane Guillaume et Céline Bonacina – la princesse de Normandie, comme la présente le guitariste – aux saxophones, Illya Amar au vibraphone, Romain Labaye à la basse et Nicolas Viccaro à la batterie. À la voix, après Youn Sun Nah et Himiko Paganotti, c’est Leila Martial qui reprend le flambeau.

Céline Bonacina © Stéphane Barthod
Céline Bonacina © Stéphane Barthod

Une des difficultés de cette reprise est d’allier sophistication des arrangements et énergie rock. Le pari est largement réussi ! Nguyên Lê reprend l’enchaînement d’origine des titres et en magnifie la construction dramatique. Il ne s’agit plus ici seulement d’orchestration mais, comme c’est le plus souvent le cas avec le guitariste, d’arrangements impliquant une véritable réécriture : des ajouts composé par Nguyên Lê viennent naturellement s’intégrer dans la structure générale, des changements harmoniques et rythmiques enrichissent les compositions, des réinventions se glissent dans le matériau originel… L’unité de l’œuvre se fait ici plus évidente encore que sur l’album de Pink Floyd, grâce à une grande cohérence dans l’utilisation de la masse orchestrale et un soin particulier apporté aux transitions. Le son semble sculpté dans toutes les directions, largeur, hauteur et profondeur, et on se laisse envoûter par le spectacle.

Dark Side Nine © Stéphane Barthod
Dark Side Nine

Cohérence d’ensemble, puissance et expressivité des improvisations, richesse des couleurs, lyrisme sont au rendez-vous, et on a du mal à quitter l’univers du guitariste à la fin du concert.

Texte et photos : Stéphane Barthod (le 06/05/2016)

Sylvain Kassap : continuons le combat !

Les chansons de lutte, de résistance et l’esprit contestataire inspirent le jazz depuis plusieurs décennies.
CHRONIQUE

Patchwork musical pour le dimanche en fanfare

Les spectateurs ont répondu présent à ce traditionnel dimanche en fanfares.
CHRONIQUE

Airelle Besson trio et Clémence Colin : la musique en signes

Voilà déjà 3 ans que Airelle Besson nous fait le plaisir d’être la résidente de Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

Blues-rock à tous les étages

Le blues prend des formes multiples à Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

Avishai Cohen de retour en trio, en grande forme

Pour clore en beauté cette 41ème édition de jazz sous les pommiers, on retrouve Avishai Cohen.
CHRONIQUE

Les rivières profondes de Paul Lay

Grand moment d’émotion ce mardi avec Paul Lay et le concert "Deep Rivers" qui fait revivre des musiques populaires de la fin du XIXe et du début du XXe siècle,
CHRONIQUE

Retour du blues, puissance trois

Après une parenthèse ces deux dernières années, c’est enfin le retour de la soirée blues de Jazz sous les pommiers.
CHRONIQUE

Swing et chanson avec Thomas Dutronc

C’est avec beaucoup de plaisir qu’on retrouve Thomas Dutronc à JSLP.
CHRONIQUE