Skip to content
Chroniques

Olivier Ker Ourio « Reunion » autour de La Réunion

Emmanuel Bex rendait dimanche après-midi hommage au blues au théâtre de Coutances. Au même moment, à quelques encâblures de là, sur l’esplanade des Unelles, on pouvait écouter Olivier Ker Ourio, avec qui il a joué à plusieurs occasions.

Quelques encâblures, et quelques milliers de kilomètres à la fois, en plein océan Indien. L’Orkes Pei d’OKO qui joue ici, c’est en effet « l’Orchestre Pays d’Olivier Ker Ourio », et le pays en question, c’est La Réunion, où l’harmoniciste a passé son enfance – ses ancêtres bretons s’y étaient installés en 1728 –. Une formation « grand luxe » pour jouer un répertoire associant compositions personnelles, notamment Magic tree, classiques réunionnais réarrangés, comme Petite fleur aimée, emblématique de l’île, et titres de Danyel Waro (Batarsité).

Olivier Ker Ourio
Éric Seva, Stéphane Chausse
Arnaud Dolmen

Aux côtés du leader, on retrouve quelques pointures de la métropole – Eric Séva, Stéphane Chausse, Frédéric Couderc et Denis Leloup –, ainsi que d’outre-mer : Jerry Léonide, pianiste originaire de l’Île Maurice, le batteur guadeloupéen Arnaud Dolmen, et Teddy Sorres, jeune bassiste de La Réunion à découvrir absolument… Le percussionniste Inor Sotolongo, d’origine cubaine, fait également partie de l’aventure. Bref, un orchestre de feu qui nous a offert cet après-midi un concert éblouissant et une musique euphorisante.

Texte et photos : Stéphane Barthod.

Cécile McLorin Salvant, enchanteresse

Sur scène, la complicité avec Sullivan Fortner est évidente.
CHRONIQUE

Les quatre chemins de Fidel Fourneyron

Cette formation offre à la fois l’intérêt d’une instrumentation atypique et d’une rencontre inédite.
CHRONIQUE

Truffaz, le retour

La "patte" Truffaz est bien là, dès les premières mesures.
CHRONIQUE

Yves Rousseau et Jean-Marc Larché à la cathédrale

cette nouvelle expérience à la cathédrale confirme l’intérêt du lieu pour certains répertoires.
CHRONIQUE

Christian Scott, à la rencontre des cultures

Le ton est donné : puissant, souvent rageur sans être agressif.
CHRONIQUE

Clarinettes à tous les étages

La clarinette est à l’honneur cet année à Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

Ouverture de festival avec le trio Georgelet/Zelnik/Chesnel

C’est un trio discret et "sans esbroufe" qui ouvre le festival cette année.
CHRONIQUE

Michel Portal : une musique vivante et explosive

Michel Portal, c’est une lueur particulière dans le regard, lueur de malice, d’attention, de curiosité tous azimut, de complicité, de tendresse…
CHRONIQUE