Skip to content
Chroniques

Ponty, Lagrène et Eastwood : le renouveau d’un trio

Jean-Luc Ponty, Biréli Lagrène et Kyle Eastwood : c’est un trio inédit qui nous offre ce soir à Coutances la primeur de sa musique pour Jazz sous les Pommiers. L’origine de cette formation remonte pourtant à une vingtaine d’années déjà, avec alors Al Di Meola et Stanley Clarke aux côtés du violoniste. La dernière version en date voyait l’arrivée de Biréli Lagrène à la guitare… Cette fois, c’est Kyle Eastwood qui reprend la contrebasse.

Certains des spectateurs présents ce soir salle Marcel Hélie connaissent sûrement l’album paru en 2016 avec Stanley Clarke et auront pu retrouver avec plaisir quelques-uns des titres présents sur celui-ci. Pour autant, le répertoire a été largement renouvelé, avec notamment des compositions de Kyle Eastwood, ainsi que quelques standards. Après Blue Train en ouverture, les musiciens attaquent le bondissant To and Fro écrit par le violoniste, entremêlant joyeusement les lignes mélodiques et rythmiques des trois instruments. Petit voyage au Brésil ensuite avec la Samba de Paris de Kyle Eastwood suivie d’une magnifique version de How Insensitive, où les sonorités boisées des instruments font merveille. Le contrebassiste, qui aime de toute évidence voyager, nous emmènera d’ailleurs quelques titres plus loin en Espagne avec le rêveur Andalucia. Sur Renaissance, un des grands “hits” du violoniste, Biréli Lagrène joue à nous emmener sur d’autres terrains harmoniques : on se laisse volontiers entraîner avec une légère et délicieuse sensation de vertige. Le classique Mercy Mercy Mercy de Joe Zawinul est, lui, repris sur un tempo lent, joué au fond du temps et groovant à souhait.

Kyle Eastwood
Biréli Lagrène
Jean-Luc Ponty

Le trio est une subtile alchimie entre les musiciens et il est à parier que les lignes vont bouger au gré des prochains concerts de la tournée. Rendez-vous donc pour les normands au mois d’août pour retrouver les trois complices à Jazz en Baie : peut-être reprendront-ils alors Childhood Memories (Souvenirs d’enfance), une composition de Jean-Luc Ponty qui s’impose à quelques kilomètres de sa ville de naissance…

Texte et photos : © Stéphane Barthod

Avishai Cohen de retour en trio, en grande forme

Pour clore en beauté cette 41ème édition de jazz sous les pommiers, on retrouve Avishai Cohen.
CHRONIQUE

Nguyên Lê le magicien nous révèle la face cachée de la lune…

Nguyên Lê s’est offert un casting à la hauteur de ses ambitions.
CHRONIQUE

Blues puissance trois

Le mardi est la grande soirée blues sous les pommiers.
CHRONIQUE

Kneebody, quar-quintet énergisant !

Samedi soir, entre jazz, électro et rock, le groupe Kneebody a enflammé le Magic Mirrors.
CHRONIQUE

La rencontre du roseau et du métal sous le signe de l’air

Les deux flûtes emplissent l’espace sonore et nous hypnotisent.
CHRONIQUE

Les multiples facettes de Jacob Collier

On ne peut qu’être impressionné par cet artiste généreux.
CHRONIQUE

Laurent de Wilde : enfin Monk !

Comme souvent, Laurent de Wilde fait œuvre de pédagogue.
CHRONIQUE

Patchwork musical pour le dimanche en fanfare

Les spectateurs ont répondu présent à ce traditionnel dimanche en fanfares.
CHRONIQUE