Skip to content
Chroniques

La rencontre du roseau et du métal sous le signe de l’air

À l’occasion de l’année France-Corée qui fête les 130 ans d’amitié entre les deux pays, Jazz sous les Pommiers propose pour sa 35e édition plusieurs concerts réunissant musiciens français et coréens. C’est le cas cet après-midi salle Marcel-Hélie avec les flûtistes Aram Lee et Joce Mienniel.

Joce Mienniel © Stéphane Barthod
Joce Mienniel
Aram Lee © Stéphabe Barthod
Aram Lee

Les deux artistes se sont rencontrés il y a un an et le lien a été immédiat. De fait, dès l’ouverture du concert, la magie opère… Les deux flûtes emplissent l’espace sonore et nous hypnotisent. On apprendra ensuite que ce premier titre était une improvisation, ainsi que le suivant, joué seul par Joce Mienniel, mêlant plusieurs flûtes et une guimbarde par la grâce des effets de loop. Le percussionniste et vocaliste Minwang Hwag rejoint ensuite les deux flûtistes pour un chant inspiré des mélodies chamanes coréennes. C’est cette fois Aram Lee qui reste seul sur scène : il nous offre ici une musique inspirée, spirituelle, tour à tour posée et virevoltante. Le concert s’achève avec deux compositions : la première, Ethiopique, écrite par le français dans un contexte très différent et réarrangée pour l’occasion, la seconde, due à la plume du coréen, qui n’est pas sans évoquer les ragas indiens.

 

Minwang Hwang © Stéphane Barthod
Minwang Hwang

Après cette première rencontre riche en émotions, la soirée franco-coréenne se poursuit avec une création d’Airelle Besson réunissant une formation jazz, l’Orchestre Régional de Normandie et la chanteuse You Sun Nah.

Texte et photos : Stéphane Barthod (le 01/05/2016)

Scène découverte : trois sets gagnants !

Trois formations très différentes ont emporté l’adhésion du public.
CHRONIQUE
theo_ceccaldi © stephane barthod

Django toujours moderne avec le trio de Théo Ceccaldi

Django Reinhardt est décidément très présent cette année à Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

Musique en liberté avec la PANfare

Comment proposer un concert joué par des personnes n’ayant jamais touché à un instrument de musique ?
CHRONIQUE

Vian éternel

L’humour facétieux et grinçant de Vian est bien là.
CHRONIQUE

Laurent de Wilde : enfin Monk !

Comme souvent, Laurent de Wilde fait œuvre de pédagogue.
CHRONIQUE

Charlier-Sourisse : Big band, big smile

On ressort joyeux et revigoré de ce concert généreux, bel exemple de plaisir partagé.
CHRONIQUE

Clarinettes à tous les étages

La clarinette est à l’honneur cet année à Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

Yves Rousseau et Jean-Marc Larché à la cathédrale

cette nouvelle expérience à la cathédrale confirme l’intérêt du lieu pour certains répertoires.
CHRONIQUE