Skip to content
Chroniques

Le voyage synesthésique/synesthétique d’Edward Perraud

Pour ce premier concert du jeudi, Edward Perraud nous emmène dans son “synaesthetic trip”, un projet qui vit depuis plusieurs années déjà. Quelle est la couleur d’une musique ? Le son d’une peinture ? Le goût d’une symphonie ? L’odeur d’un souvenir ? Le batteur nous invite à voyager entre les sens, le Magic Mirrors se prêtant particulièrement bien à l’expérience, avec son kaléidoscope de couleurs…

Edward Perraud © Stéphane Barthod
Edward Perraud
Thomas de Pourquery © Stéphane Barthod
Thomas de Pourquery

Lascia fare mi – Laisse-moi faire – ouvre le concert, devenant par la grâce du jeu une suite de notes, la sol fa ré mi… Je serais curieux d’entendre un jour ce que Perraud ferait de La sole si facile à dorer. Jeu de l’esprit, invention, sont pour le compositeur une source d’inspiration qui ouvre la porte à l’émotion. C’est Mezz Mezzrow je crois qui, dans son livre La rage de vivre, disait que le jazz était à la fois le cœur, la tête et les tripes. Edward Perraud en est l’exemplaire illustration : l’esprit et le corps sont chez lui intimement associés. Lorsqu’on le voit derrière ses fûts et ses cymbales, il donne d’ailleurs l’impression de danser avec son instrument. On retrouve cette dualité dans sa musique, faite de rigueur et de liberté, l’un n’allant jamais sans l’autre, et c’est précisément le sens du titre de son deuxième album avec ce projet Beyond the predictable touch : “l’imprévisibilité est peut-être la manière la plus jazz qui soit” nous dit-il.

Daniel Erdmann © Stéphane Barthod
Daniel Erdmann

Son jeu de batterie est à la fois coloriste, mélodiste, en interaction permanente avec les autres musiciens, en relance et contrepoint. De contrepoint il est question d’ailleurs avec Nun Komm, une magnifique offrande à Jean-Sébastien Bach qui finit par évoquer une marche lent de fanfare New Orleans où se mêlent les lignes improvisées des soufflants. Le concert se terminera avec  Captain universe, un morceau dédié au cosmos, magnifique composition qui m’évoque le Liberation Music Orchestra de Charlie Haden. Vivement un troisième voyage synesthésique !

Texte et photos : Stéphane Barthod (le 06/05/2016)

Chris Potter, le retour

Le saxophoniste nous offre ce soir une musique incandescente, puissante et jouissive.
CHRONIQUE

Céline Bonacina nous emmène en voyage avec le Megapulse orchestra

La compositrice nous offre pour cette création une musique lyrique et généreuse.
CHRONIQUE

Yves Rousseau et Jean-Marc Larché à la cathédrale

cette nouvelle expérience à la cathédrale confirme l’intérêt du lieu pour certains répertoires.
CHRONIQUE

Charlier-Sourisse : Big band, big smile

On ressort joyeux et revigoré de ce concert généreux, bel exemple de plaisir partagé.
CHRONIQUE

Chet Baker réinventé

Voix et trompette de velours, Chet Baker fait partie de l’imaginaire collectif du jazz.
CHRONIQUE

Blues-rock à tous les étages

Le blues prend des formes multiples à Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE
theo_ceccaldi © stephane barthod

Django toujours moderne avec le trio de Théo Ceccaldi

Django Reinhardt est décidément très présent cette année à Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

Nguyên Lê le magicien nous révèle la face cachée de la lune…

Nguyên Lê s’est offert un casting à la hauteur de ses ambitions.
CHRONIQUE