Skip to content
Chroniques

Retour du blues, puissance trois

Après une parenthèse ces deux dernières années, c’est enfin le retour de la soirée blues de Jazz sous les pommiers.
En première partie, Cedric Burnside, qui a obtenu cette année le Grammy Award du meilleur album de blues traditionnel, nous emmène sur les collines au nord du delta du Mississippi avec son Mississippi Hill Country Blues. Fils du batteur de blues Calvin Jackson et petit-fils du guitariste et chanteur de blues R.L. Burnside, il entretien la tradition en la modernisant. Seul sur scène avec sa guitare acoustique sur quelques titres, il fascine vite le public par son jeu en unisson guitare-voix efficace et incisif. Il est rejoint ensuite par le batteur Artemas Lesueur et passe à la guitare électrique pour le reste du concert alternant entre une Aronson et une plus classique Fender Stratocaster.

C’est ensuite au tour de la chanteuse Thornetta Davis, couronnée en 2015 “Detroit’s Queen of the Blues”, de s’emparer de la scène, offrant au public de la salle Marcel Hélie sa seule date en Europe : parti dimanche de Detroit, le groupe est arrivé mardi matin à Coutances. Accompagnée de cinq musiciens – dont son mari –, elle entame sa prestation avec When My Sister Sings The Blues, titre d’ouverture également de son album Honest Woman. Entre blues, rhythm and blues et gospel, elle embarque le public par sa voix puissante et chaude, aussi bien sur ses propres compositions que sur des reprises, notamment Whipping Post des Allman Brothers et, plus étonnant… Crazy, de Gnarls Barkley. Pour le blues, la suite de la soirée se passe au Magic Mirrors…

…Un Magic Mirrors où l’on retrouve le trio Muddy Gurdy, formation originale dans le monde du blues, puisqu’elle intègre une vielle à roue et un set de batterie-percussion atypique. Aucun exotisme gratuit ici : il suffit d’écouter pour s’en persuader… La vielle à roue, le plus souvent passée par des effets variés, notamment des distorsions, joue à la fois le rôle de basse et de guitare électrique. De BB King avec Lord, Help the Poor and Needy à Sam Cooke avec Chain Gang, c’est bien le blues qui est au rendez-vous… Ainsi que le chant de Briolage, avec en invité Maxence Latrémolière : le briolage est une mélopée lente destinée  à soutenir l’effort des bœufs au labour, qui vient ici se mêler de manière étonnante à la musique du Mississippi. Dans un style très différent, les musiciens reprennent Strange Fruits, dans une belle et émouvante version.  
Surprise de dernière minute : Thornetta Davis rejoint le trio en fin de soirée pour le rappel !

Sylvain Kassap : continuons le combat !

Les chansons de lutte, de résistance et l’esprit contestataire inspirent le jazz depuis plusieurs décennies.
CHRONIQUE

Blues puissance trois

Le mardi est la grande soirée blues sous les pommiers.
CHRONIQUE

Ponty, Lagrène et Eastwood : le renouveau d’un trio

Le trio est une subtile alchimie entre les musiciens.
CHRONIQUE

Texier, père & fils : Sébastien

Dans la famille Texier, je demande… le fils ? Le père ?
CHRONIQUE

Fidel Fourneyron en solo : un concert riche et varié

Fidel Fourneyron revisite pour nous en solo les grands standards du jazz, connus ou moins connus.
CHRONIQUE

Création lumineuse d’Airelle Besson avec Youn Sun Nah

Airelle Besson réunit l’Orchestre Régional de Normandie, You Sun Nah et un trio jazz.
CHRONIQUE

Retour aux sources du Mississippi pour les frères Moutin

En septembre 2018, le Moutin Factory 5tet a effectué une tournée le long du Mississippi.
CHRONIQUE

Le trio réversible de Laurent Coulondre

Laurent Coulondre fait ici preuve d’un remarquable sens de la construction.
CHRONIQUE