Skip to content
Chroniques

“Brotherhood Heritage” : un hommage qui ne manque pas de souffle

Le pianiste Chris McGregor a marqué Jazz sous les Pommiers depuis les débuts du festival : présent dès la première édition, en 1982, il est mort en 1990 le jour même où il devait se produire à Coutances avec le Brotherhood of breath – la “Confrérie du souffle”, orchestre multiracial sud-africain qui fait l’objet de l’hommage de cette création –.

François Raulin © Stéphane Barthod
François Raulin © Stéphane Barthod

Aujourd’hui, au théâtre, des spectateurs qui avaient assisté à l’époque à ce concert se rappellent avec émotion qu’après avoir envisagé de ne pas jouer, les musiciens de la formation avaient finalement décidé d’assurer leur prestation, offrant, après un début de soirée difficile et chargé de tristesse, un hommage particulièrement intense et mémorable au pianiste leader. Il était donc naturel que cette création Brotherhood Heritage se fasse à Coutances, avant de tourner dans plusieurs festivals, notamment au Mans et à Nevers. Le projet est piloté par François Raulin et Didier Levallet, qui avait d’ailleurs joué dans l’orchestre avec McGregor au début des années 80. On retrouve également sur scène ce soir le saxophoniste anglais Chris Biscoe qui faisait partie du Brotherhood of breath à la même période.

Didier Levallet © Stéphane Barthod
Didier Levallet © Stéphane Barthod

L’hommage commence joyeusement avec un Andromeda plein d’énergie, un morceau du pianiste disparu adapté ici par Didier Levallet. Suivent deux compositions de François Raulin, le chaloupé McGregor sur lequel Raphael Imbert glisse une citation de Bach en égrenant quelques notes de Jésus que ma joie demeure lors de son solo, et Hymne to Breath écrit spécialement pour la formation actuelle. Le programme continue ensuite à mêler hommages et reprises du répertoire original dans un esprit à la fois festif et chargé d’émotion, offrant une musique dansante et faisant revivre le temps d’une soirée le souffle d’une époque.

Texte et photos : Stéphane Barthod (le 12/05/2016)

Texier, père & fils : Henri

La musique d’Henri Texier chante.
CHRONIQUE

Le clair-obscur intimiste de Tiganá Santana

la tonalité de la soirée : une musique recueillie et sensible, toute en retenue.
CHRONIQUE

Texier, père & fils : Sébastien

Dans la famille Texier, je demande… le fils ? Le père ?
CHRONIQUE

Ponty, Lagrène et Eastwood : le renouveau d’un trio

Le trio est une subtile alchimie entre les musiciens.
CHRONIQUE

Airelle Besson trio et Clémence Colin : la musique en signes

Voilà déjà 3 ans que Airelle Besson nous fait le plaisir d’être la résidente de Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

(Re)découvrons l’harmonica avec les Tontons souffleurs

200 ans d’histoire de l’harmonica : c’était à l’origine une conférence de Philippe Géhanne.
CHRONIQUE
trio_pensee_rotative © stephane barthod

Théo Girard : la musique en 3D

Le Magic Mirrors s’avère un lieu idéal pour cet orchestre circulaire.
CHRONIQUE

Swing et chanson avec Thomas Dutronc

C’est avec beaucoup de plaisir qu’on retrouve Thomas Dutronc à JSLP.
CHRONIQUE