Skip to content
Chroniques

Angélique Kidjo, une voix forte et engagée

C’est toute une vie qui se déroule pour nous ce soir, une vie d’engagements au travers de la musique, qu’elle a toujours associée avec l’émancipation des femmes.  

Tout commence au Bénin et le début du concert nous ramène en Afrique. Après une courte introduction instrumentale du guitariste Dominic James et du percussionniste Marcos Lopez, la chanteuse arrive sur scène, bientôt rejointe par son invité exceptionnel Erik Truffaz qui viendra régulièrement à ses côtés tout au long de la soirée. La chanteuse évoque son enfance et l‘importance de la passion de ses parents pour l’éducation : comprendre les autres cultures pour lutter contre l’obscurantisme. En 1983, elle fuit la dictature communiste de son pays et arrive à Paris. Elle évoque sa découverte d’Higelin, Bashung, Gainsbourg, dont elle reprend ce soir Ces petits riens avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité. C’est à Paris également qu’elle rencontre Nina Simone à qui elle rend ici hommage avec sa reprise de Ne me quitte pas, glissant doucement vers des rythmes afro-cubains. La chanteuse se réapproprie également le répertoire des Talkings Heads et plus particulièrement de l’album Remain in Light, juste retour vers l’Afrique d’un répertoire inspiré notamment par l’Afrobeat de Fela Kuti. Présence de l’Afrique également et importance des femmes dans un monde dominé par les hommes dans la musique cubaine, avec la découverte de Celia Cruz, dont elle reprend trois titres. Ses complices sur scène, Dominic James et Marcoz Lopez, “tiennent” la musique, sans fioriture ni esbroufe, sans rien de démonstratif, mais avec une présence remarquable, portant efficacement la voix puissante de la chanteuse.

Angélique Kidjo évoque aussi les débuts de sa conscience politique avec Redemption Song, de Bob Marley, un moment particulièrement émouvant de cette soirée riche en émotions. L’ambiance monte d’un cran lorsqu’elle reprend le célèbre Pata Pata de Miriam Makeba (“si vous ne le connaissez pas, c’est que vous n’êtes pas de cette planète”, assure-t-elle en riant). Le public est debout, certains se mettent à danser et la rejoignent sur scène, les spectateurs chantent avec elle Mama Africa et lui font un rappel enthousiaste.

Texte et photo : Stéphane Barthod.

Patchwork musical pour le dimanche en fanfare

Les spectateurs ont répondu présent à ce traditionnel dimanche en fanfares.
CHRONIQUE

Michel Portal : une musique vivante et explosive

Michel Portal, c’est une lueur particulière dans le regard, lueur de malice, d’attention, de curiosité tous azimut, de complicité, de tendresse…
CHRONIQUE

Swing et chanson avec Thomas Dutronc

C’est avec beaucoup de plaisir qu’on retrouve Thomas Dutronc à JSLP.
CHRONIQUE

“Brotherhood Heritage” : un hommage qui ne manque pas de souffle

Chris McGregor a marqué Jazz sous les Pommiers depuis les débuts du festival.
CHRONIQUE

Le trio réversible de Laurent Coulondre

Laurent Coulondre fait ici preuve d’un remarquable sens de la construction.
CHRONIQUE

Airelle Besson trio et Clémence Colin : la musique en signes

Voilà déjà 3 ans que Airelle Besson nous fait le plaisir d’être la résidente de Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

(Re)découvrons l’harmonica avec les Tontons souffleurs

200 ans d’histoire de l’harmonica : c’était à l’origine une conférence de Philippe Géhanne.
CHRONIQUE
raphael_imbert © stephane barthod

Raphaël Imbert : à quoi sert la musique ?

On pourrait écouter le saxophoniste disserter ainsi pendant des heures.
CHRONIQUE