Skip to content
Chroniques

Fidel Fourneyron en solo : un concert riche et varié

De Charlie Parker à John Coltrane en passant par Duke Ellington, Lester Young, Cole Porter ou encore George Gershwin, Fidel Fourneyron revisite pour nous en solo les grands standards du jazz, connus ou moins connus.

Du fond de la Chapelle des Unelles, le tromboniste s’avance doucement jusqu’aux marches qui mènent à l’autel. C’est assurément pour lui l’instant le plus solitaire du concert. Il démarre sur quelques notes tenues, longues, qui profitent de la belle réverbération naturelle du lieu. Au bout de quelques mesures d’improvisation, une mélodie familière surgit et l’on reconnaît le fameux negro spiritual Nobody Knows The Trouble I’ve Seen datant de période de l’esclavage, un thème popularisé par Louis Armstrong. Le titre suivant, Dinah, sur un tempo plus enlevé, était d’ailleurs également au répertoire du trompettiste. Fidel Fourneyron n’est finalement pas si seul que cela cet après-midi : il y a l’acoustique du lieu, avec laquelle il doit jouer, mais également le public, particulièrement attentif et concentré.

Il y avait un véritable défi à se présenter ainsi en solo, “sans filet”, et le tromboniste réussit ici le pari de rester toujours musical, arrivant à faire entendre les harmonies sous-jacentes des thèmes au travers de son jeu riche et inventif, tirant parti également de toutes les sonorités de l’instrument : sourdines, effets de growl, doubles notes, tout en évitant les effets surjoués… Il réussit même, sur East St Louis Toodle Oo, à faire sonner son trombone comme une guitare saturée, jouant sur un mélange subtil de glissando et de vibrato. Avec la très belle mélodie de The Man I love, il nous fait entendre de manière encore plus sensible et subtile la “voix » de son instrument. On a plaisir à reconnaître au bout de quelques mesures des thèmes familiers, de Tea for Two à  Afro Blue. L’émotion est là, aussi, notamment sur le très joli Chelsea Bridge de Duke Ellington, où la sourdine donne une tonalité particulièrement rêveuse à la musique.

Avec humour, à la fin du concert, Fidel Fourneyron remercie le public, je cite : “d’avoir eu la gentillesse, que dis-je, le courage d’être venus”. Les spectateurs en question, de toute évidence, étaient ravis de l’expérience, et le tromboniste leur offre en rappel une version extrêmement brillante de Tico Tico.

Texte et photos : Stéphane Barthod

Le clair-obscur intimiste de Tiganá Santana

la tonalité de la soirée : une musique recueillie et sensible, toute en retenue.
CHRONIQUE

Michel Portal : une musique vivante et explosive

Michel Portal, c’est une lueur particulière dans le regard, lueur de malice, d’attention, de curiosité tous azimut, de complicité, de tendresse…
CHRONIQUE

Youn Sun Nah va de l’avant

Youn Sun Nah nous fait l’honneur de démarrer sa tournée mondiale à Jazz sous les Pommiers.
CHRONIQUE

Patchwork musical pour le dimanche en fanfare

Les spectateurs ont répondu présent à ce traditionnel dimanche en fanfares.
CHRONIQUE

Des fanfares sous le soleil

Sous le soleil exactement, JSLP nous a offert un dimanche tout en contrastes.
CHRONIQUE

Ponty, Lagrène et Eastwood : le renouveau d’un trio

Le trio est une subtile alchimie entre les musiciens.
CHRONIQUE

Ouverture de festival avec le trio Georgelet/Zelnik/Chesnel

C’est un trio discret et "sans esbroufe" qui ouvre le festival cette année.
CHRONIQUE
sf_jazz_collective © stephane barthod

La bossa de Tom Jobim revisitée par le SF Jazz Collective

Regroupant quelques-uns des meilleurs musiciens de la côte Ouest, le SF Jazz Collective est né en 2004.
CHRONIQUE