Skip to content
Chroniques

Pat revisite Metheny

Figure désormais fidèle et familière de Jazz sous les Pommiers, le guitariste Pat Metheny nous revient avec un nouveau quartet avec lequel il revisite son répertoire d’une grande richesse.

C’est déjà la quatrième fois que Metheny se produit à Coutances depuis 1998, où son passage avec le “Group” est resté dans les mémoires. Il était revenu ensuite en duo avec Charlie Haden et avait également démarré – hors festival – sa tournée avec son fameux orchestrion, un moment de grand stress pour lui où il avait choisi cette petite ville de la Manche pour se préparer le plus sereinement possible. Aujourd’hui, il nous offre une relecture de quelques-unes des grandes pages de son répertoire, faisant la part belle aux titres du Pat Metheny Group, mais on retrouve également d’autres compositions : notamment The Red One, qu’il a joué avec John Scofield, Sirabhorn tiré de son premier opus Bright Size Life avec Jaco Pastorius ainsi que des extraits de son album Secret Story. Ce qui frappe d’emblée, c’est la qualité d’écriture du guitariste : des œuvres que l’on connaissait bien et que l’on aurait pu croire indissociables de leur arrangement d’origine fonctionnent parfaitement ici en quartet. Le groupe fait par ailleurs preuve d’une grande cohérence : Antonio Sanchez à la batterie, toujours royal et en phase avec le guitariste dont il est devenu l’alter ego, présent dans quasiment tous ses projets depuis de nombreuses années. Les deux “nouveaux” également se sont parfaitement intégrés à l’univers du leader : le pianiste anglais Gwilym Simcock, qu’on a vu récemment aux côtés de Céline Bonacina, qui allie sensibilité et énergie, et la contrebassiste Lindah Oh, qui nous a offert ce soir plusieurs solos à la fois mélodiques bondissants.

Un grand concert, d’une extrême musicalité, riche en couleurs diverses, qui donne envie de retrouver très rapidement le guitariste américain sous les Pommiers.

Texte et photos : © Stéphane Barthod

Blues puissance trois

Le mardi est la grande soirée blues sous les pommiers.
CHRONIQUE

Création lumineuse d’Airelle Besson avec Youn Sun Nah

Airelle Besson réunit l’Orchestre Régional de Normandie, You Sun Nah et un trio jazz.
CHRONIQUE

Le Mobius Ring Trio de Pascal Mabit

Le trio réussit à occuper l’espace sonore.
CHRONIQUE

Louis Winsberg trio, une expérience unique

Le projet de Louis Winsberg "Temps Réel" porte bien son nom : il s’agit pour les trois musiciens de construire le concert en improvisant.
CHRONIQUE

Olivier Ker Ourio « Reunion » autour de La Réunion

Un orchestre de feu qui nous a offert un concert éblouissant.
CHRONIQUE

Nguyên Lê le magicien nous révèle la face cachée de la lune…

Nguyên Lê s’est offert un casting à la hauteur de ses ambitions.
CHRONIQUE

Le trio réversible de Laurent Coulondre

Laurent Coulondre fait ici preuve d’un remarquable sens de la construction.
CHRONIQUE

Chris Potter, le retour

Le saxophoniste nous offre ce soir une musique incandescente, puissante et jouissive.
CHRONIQUE